Atlas mondial de l’énergie éolienne

Articles randomisés pouvant vous intéresser :

L’Atlas mondial de l’énergie éolienne est une application Web conçue pour aider les décideurs et les investisseurs à identifier les zones de vents forts potentielles pour la production d’énergie éolienne pratiquement partout dans le monde et à effectuer des calculs préliminaires. Il fournit un accès gratuit aux données sur la densité et la vitesse du vent à plusieurs hauteurs en utilisant les dernières données météorologiques historiques et la modélisation, avec une résolution de sortie de 250 mètres. Il a été développé et est maintenu par le Département d’énergie éolienne de l’Université technique du Danemark (DTU Wind Energy) en partenariat avec la Banque mondiale, avec un financement fourni par le Programme d’aide à la gestion du secteur énergétique (ESMAP).

La version originale de l’Atlas mondial de l’énergie éolienne (GWA 1.0) a été élaborée par DTU Wind Energy dans le cadre de la réunion ministérielle sur l’énergie propre (CEM) et, en particulier, du groupe de travail du CEM sur les technologies solaires et éoliennes, dirigé par l’Allemagne, l’Espagne et le Danemark. Le programme de développement et de démonstration technologique de l’Agence danoise de l’énergie (EUDP 11-II, 64011-0347) a financé le GWA 1.0 en tant que contribution du Danemark aux objectifs du groupe de travail. Le GWA 1.0 a été lancé en 2015 et a bénéficié de la collaboration de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) et de l’Institut MASDAR. L’Atlas mondial des énergies renouvelables de l’IRENA a créé une plate-forme dédiée pour diffuser les données du GWA 1.0 à un public mondial.

Début 2017, DTU Wind Energy a entamé des discussions avec ESMAP à la Banque mondiale pour mettre à jour et améliorer l’Atlas mondial de l’énergie éolienne et l’adapter à l’Atlas solaire mondial lancé par la Banque mondiale en janvier 2017. Utilisant le financement fourni dans le cadre de l’initiative existante d’ESMAP sur l’évaluation et la cartographie des ressources d’énergie renouvelable, la société VORTEX FDC a été chargée d’effectuer un exercice de modélisation de l’énergie éolienne à méso-échelle mondiale à une résolution de 9 km. Ces données ont été fournies à DTU Wind Energy pour une modélisation à l’échelle microscopique, initialement jusqu’à une résolution de 1 km. En novembre 2018, une nouvelle version de l’Atlas éolien mondial (GWA 2.0) a été lancée par DTU Wind Energy et la Banque mondiale lors de la conférence Wind Europe 2018 à Amsterdam, aux Pays-Bas, sur la base d’une interface utilisateur entièrement redessinée développée par la société Nazka Mapps.

Après d’autres travaux de modélisation, une nouvelle version des données de modélisation à l’échelle micro a été publiée en juillet 2018 (GWA 2.1), ramenant la résolution à 250 mètres. Ceci a été suivi d’une nouvelle version en septembre 2018 (GWA 2.2) qui comprenait un certain nombre d’améliorations à l’interface utilisateur, un nouvel outil pour préparer et télécharger les cartes-affiches, et diverses corrections de bugs. La version la plus récente, en novembre 2018 (GWA 2.3), a introduit trois couches de facteurs de capacité, de nouvelles roses des vents, un calcul amélioré de la densité de puissance et la possibilité de télécharger des fichiers SIG, entre autres caractéristiques.

Méthodologie

L’Atlas mondial du vent est basé sur le couplage d’une modélisation à méso-échelle et d’une modélisation à micro-échelle. La modélisation à méso-échelle effectuée par Vortex utilise les données de ré-analyse météorologique intérimaire de l’ERA fournies par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme. Bien que des outils comme l’Atlas mondial de l’énergie éolienne puissent fournir des données utiles pour appuyer la planification et la détermination initiale de la portée du site, ils ne remplacent pas l’analyse plus détaillée nécessaire à l’évaluation des projets de parcs éoliens réels.

Sorties et utilisation

En plus des données disponibles sur le site Web de l’Atlas mondial de l’énergie éolienne, les utilisateurs peuvent également télécharger des cartes-affiches, des données SIG et des fichiers sur le climat éolien généralisé (GWC) pour les logiciels commerciaux d’évaluation des ressources éoliennes tels que WAsP.

Les données SIG de l’Atlas mondial de l’énergie éolienne sont disponibles via l’Atlas mondial de l’IRENA pour les énergies renouvelables et ont été incluses comme données de base sur l’énergie éolienne dans le logiciel RETScreen. Il est utilisé par les gouvernements, les développeurs d’énergies renouvelables et les universitaires, et compte en moyenne 7 500 utilisateurs uniques par mois en octobre 2018.

Laisser votre commentaire

cinq × 5 =