Dispositif d’alarme

Articles randomisés pouvant vous intéresser :

Un dispositif d’alarme ou un système de dispositifs d’alarme donne un signal d’alarme sonore, visuel ou autre concernant un problème ou une condition. Les dispositifs d’alarme sont souvent équipés d’une sirène.

Les dispositifs d’alarme comprennent :

  • les alarmes antivol, destinées à prévenir les cambrioleurs ; il s’agit souvent d’une alarme silencieuse : la police ou les gardiens sont avertis sans que le cambrioleur ne soit averti, ce qui augmente les chances de l’attraper.
  • les réveils peuvent émettre un bip, un bourdonnement ou sonner comme une alarme à une heure donnée pour réveiller une personne ou pour d’autres rappels
  • les systèmes de contrôle distribué (SCD), que l’on trouve dans les centrales nucléaires, les raffineries et les installations chimiques, génèrent également des alarmes pour attirer l’attention de l’opérateur sur un événement important qu’il doit traiter.
  • les alarmes d’un système de surveillance de l’exploitation et de l’entretien (O&M), qui informe du mauvais état de fonctionnement (d’une partie particulière) du système sous surveillance.
  • les alarmes de sécurité, qui se déclenchent en cas de situation dangereuse. Les alarmes de sécurité publique courantes comprennent :

Les alarmes ont la capacité de provoquer une réaction de combat ou de fuite chez les humains ; une personne dans cet état d’esprit paniquera et soit fuira le danger perçu, soit tentera de l’éliminer, ignorant souvent la pensée rationnelle dans les deux cas. Une personne dans un tel état peut être qualifiée d' »alarmée ».

Dans tout type d’alarme, il est nécessaire de trouver un équilibre entre, d’une part, le danger de fausses alarmes (appelées « faux positifs ») – le signal qui se déclenche en l’absence de problème – et, d’autre part, le fait de ne pas signaler un problème réel (appelé « faux négatif »). Les fausses alarmes peuvent gaspiller les ressources à grands frais et peuvent même être dangereuses. Par exemple, de fausses alertes d’incendie peuvent gaspiller la main-d’œuvre des pompiers, les rendant indisponibles en cas d’incendie réel et risquant de blesser les pompiers et d’autres personnes pendant que les voitures de pompiers se précipitent vers le lieu de l’incendie présumé. De plus, les fausses alarmes peuvent acclimater les gens à ignorer les signaux d’alarme, et donc à ignorer une urgence réelle : La fable d’Ésope sur Le garçon qui criait au loup illustre bien ce problème.

Étymologie

Le mot vient du vieux français A l’arme signifiant « Aux armes », « Aux armes », disant aux hommes armés de ramasser leurs armes et de se préparer pour l’action, parce qu’un ennemi a pu soudainement apparaître.

Laisser votre commentaire

1 × 4 =