Les ordonnances et les médicaments génériques

Le taux de remboursement des ordonnances varie entre 15 % et 100 %, selon le type de médicament. En effet, les médicaments qui ne sont pas considérés comme essentiels bénéficieront du taux de remboursement le plus bas et seul un nombre très limité de médicaments sont entièrement remboursables à 100 %.

Seuls les  » médicaments génériques  » (par opposition aux médicaments « de marque ») sont remboursables par le système de sécurité sociale, à moins qu’il n’existe pas de substitut générique pour le médicament de marque.

Les médicaments  » génériques  » sont des copies des médicaments  » de marque  » dont le brevet a expiré. Ils sont normalement au moins 30% moins chers que la version originale. Afin de réduire les coûts, le gouvernement s’est donné comme priorité d’assurer l’adoption généralisée des médicaments génériques.

Les patients peuvent demander que des médicaments de marque leur soient prescrits, mais ils ne seront remboursés qu’au prix et au taux du médicament générique équivalent.

Comme pour les honoraires des médecins, en France, les médicaments sur ordonnance sont également couverts par le système des mutuelles. En règle générale, votre mutuelle couvrira la partie du coût non prise en charge par l’Etat, à condition que le médicament figure sur la liste des médicaments prescrits.

La plupart des pharmaciens ont des systèmes informatiques reliés à la fois au système de l’État et aux principales mutuelles, de sorte qu’une fois inscrit auprès de votre pharmacien local, vous n’aurez peut-être qu’à lui remettre votre carte vitale et à ne rien payer pour l’ordonnance.

Dans d’autres cas, il se peut que vous deviez payer la partie du coût qui n’est pas financée par le système public, puis demander un remboursement à votre mutuelle en utilisant le reçu fourni par le pharmacien.

Si le pharmacien ne dispose pas d’un système informatisé, vous devrez payer d’avance et faire une demande de remboursement à votre Caisse locale et à votre mutuelle. Le remboursement sera effectué directement sur votre compte bancaire.

Cette règle s’appliquera également si vous insistez sur un médicament de marque plutôt que sur son équivalent générique, même si un système informatisé est en service. Bref, le pharmacien insistera pour que vous le payiez sur place, et vous devrez alors demander le remboursement à votre Caisse.

Médicaments en vente libre

Depuis 2008, les pharmaciens sont autorisés à vendre certains médicaments sans ordonnance. Aujourd’hui, environ 500 médicaments sont autorisés à la vente de cette manière et il s’agit d’un marché d’une valeur de plus de 2 milliards d’euros par an.

Le prix des médicaments d’ordonnance étant strictement contrôlé et l’obligation plus répandue d’utiliser des médicaments génériques à plus faible marge, les pharmaciens utilisent inévitablement les ventes de médicaments en vente libre pour compenser la perte de revenus. Ils sont libres de fixer leurs propres prix pour la plupart de ces médicaments, et de nombreuses enquêtes menées ces dernières années auprès des consommateurs ont révélé que les prix peuvent varier énormément d’un pharmacie à l’autre.

Sauf prescription spécifique de votre médecin, ces médicaments ne sont pas remboursables par la sécurité sociale et la plupart des mutuelles ne les prennent pas en charge, vous devrez donc payer de votre poche.

Le niveau de transparence des prix des médicaments en vente libre est aussi souvent assez faible. Certains médicaments seront exposés ouvertement sur les étagères du service ‘en libres service’ du pharmacien, tandis que d’autres ne seront disponibles que ‘derrière le comptoir’, ce qui vous oblige à les demander au pharmacien.

L’une des principales raisons est que certains de ces médicaments sont contrôlés par le gouvernement, car ils sont également disponibles sur ordonnance. L’industrie pharmaceutique se donne aussi parfois beaucoup de mal à embrouiller les patients en jouant sur les différences subtiles entre les noms de marque. Ainsi, l’un des médicaments les plus vendus, l’analgésique Nurofen est vendu en vente libre pour un prix moyen de 4 € la boîte, alors que le même fournisseur fournit le médicament à prix contrôlé équivalent sous la marque Nureflex pour environ 2,50 €.

Il en va de même pour l’analgésique ‘Doliprane’, qui a des marques plus chères appelées DolipraneLib, DolipraneOro à des prix déterminés par le pharmacien. Le médicament contre les brûlures d’estomac Gaviscon est disponible à un prix fixe inférieur à celui de Gavisconell, qui n’est pas contrôlé.

Ne comptez pas sur le pharmacien pour vous offrir la marque la moins chère, car si certains le font, ce n’est pas systématique, car ils gagnent plus en vendant un médicament non remboursable dont le prix n’est pas contrôlé par le gouvernement.

Laisser votre commentaire