Les soins, le congé de maternité et de paternité

Les normes en matière de soins de maternité en France sont généralement très élevées, et les nouvelles mères bénéficient également d’un bon soutien financier.

Une femme qui tombe enceinte est tenue d’informer sa Caisse CPAM locale au moins quatre mois civils avant la date prévue de l’accouchement.

Elles sont ensuite tenues de se conformer à un calendrier d’examens médicaux prénatals et postnatals dont le coût est totalement pris en charge par le système de sécurité sociale.

Au total, sept examens prénatals obligatoires doivent être effectués à des intervalles précis, en commençant par un premier examen à la fin du troisième mois de la grossesse.

Après la naissance de l’enfant, vingt autres examens obligatoires doivent être effectués jusqu’à l’âge de 6 ans.

Tous les frais liés à la naissance de l’enfant, y compris les frais d’hospitalisation, sont entièrement pris en charge par le système de sécurité sociale.

Cela dit, certains spécialistes peuvent imposer des surtaxes par rapport aux tarifs officiels, qui ne sont pas remboursables par la sécurité sociale, mais cette pratique n’est pas répandue.

Congé de maternité et de paternité
En France, depuis 1909, le congé de maternité, régi par le code de la sécurité sociale, concerne les femmes salariées. La durée dépend du nombre d’enfants de la mère ; celle-ci a le droit à une une rémunération (jusqu’à 100% du salaire, mais plafonnée) durant une partie de la grossesse. La durée du congé maternité est également fonction du nombre d’enfants déjà à charge ou du nombre d’enfants attendus. Par exemple, si une femme a deux enfants, son congé de maternité peut aller jusqu’à 26 semaines, ou encore, si une femme est enceinte de jumeaux, le congé peut atteindre 34 semaines et 46 semaines à partir de triplés.

En outre, depuis 2002, sous certaines conditions, le père de l’enfant, la personne épouse (mariage homosexuel), le partenaire (PACS), ou le concubin de la mère peuvent obtenir une suspension de leur contrat de travail (protection contre le licenciement) et des indemnités (indemnités journalières).
Ce droit de congé de paternité existe aussi dans le cadre d’une adoption. Dans le cadre du congé d’Adoption, un partage des 10 semaines entre le père et la mère est possible. Dans ce cas, le congé d’adoption est augmenté de 11 jours.

Laisser votre commentaire