Porte sacrée

Articles randomisés pouvant vous intéresser :

Une Porte Sainte (en latin : Porta Sancta) est traditionnellement un portail d’entrée situé dans les principales basiliques papales de Rome. Les portes sont normalement scellées de l’intérieur par du mortier et du ciment, de sorte qu’elles ne peuvent pas être ouvertes. Elles s’ouvrent solennellement pendant les années jubilaires désignées par le Pape, car les pèlerins qui entrent par ces portes peuvent pieusement obtenir les indulgences plénières qui accompagnent les célébrations de l’année jubilaire.

En octobre 2015, le Pape François a rompu avec la tradition en demandant à chaque diocèse catholique romain du monde entier de désigner une ou plusieurs portes saintes locales pendant le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, afin que les catholiques puissent obtenir les indulgences plénières accordées pendant l’année jubilaire sans avoir à se rendre à Rome.

Le Pape Boniface VIII a commencé la tradition de l’Année Sainte, connue sous le nom de Jubilé, en 1300 et l’Église catholique les célèbre tous les 25 ans environ depuis. Une grande partie de l’année sainte pour les catholiques est un pèlerinage à Rome et le rituel du passage par le seuil de la porte sainte pour symboliser le passage dans la présence de Dieu. En même temps, la rémission du châtiment temporel pour les péchés des pèlerins est accordée, connu comme une indulgence.

L’un des premiers récits de l’Année Sainte remonte à un historien, voyageur et pèlerin espagnol nommé Pedro Tafur en 1437. Tafur relie l’indulgence jubilaire au droit de refuge pour ceux qui ont échappé à la persécution. Il a également noté son existence à l’époque païenne pour tous ceux qui ont franchi le seuil de la Puerta Tarpea précédemment sur le site de l’Archbasilique de Saint-Jean du Latran. En conséquence, à la demande de l’empereur Constantin Ier, le pape Sylvestre Ier publia une bulle papale proclamant la même immunité de punition pour les pécheurs chrétiens qui y avaient trouvé refuge. Le privilège, cependant, fut rapidement abusé et à un moment donné, il fut même commercialisé, ce qui conduisit les papes à ordonner que la porte soit scellée par un mur, pour ne l’être que pendant les années jubilaires. Le mur a été détruit et la porte s’est ouverte une fois en cent ans. Plus tard, elle a été réduite à cinquante ans et maintenant « ouverte à la volonté du Pape »

En 1450, le marchand florentin Giovanni Rucellai de Viterbe cite que la première porte du Jubilé fut ouverte en 1423 sous le pontificat du Pape Martin V.

Rucellai, qui vivait à l’époque, parle aussi des cinq portes de la basilique du Latran :

L’une d’entre elles est toujours murée, sauf pendant l’année jubilaire, où elle est détruite à Noël, lorsque le Jubilé commence. La dévotion du peuple pour les briques et le mortier dont il est composé est telle qu’au dévoilement, les fragments sont immédiatement emportés par la foule, et les étrangers les ramènent chez eux comme autant de reliques sacrées… Par dévotion, quiconque gagne l’indulgence passe par cette porte, qui est murée à nouveau dès que le Jubilé est terminé.

Le pape Alexandre VI a élargi le rite de l’année jubilaire 1500 en ouvrant d’autres portes dans la basilique Saint-Pierre, la basilique Sainte-Marie-Majeure et la basilique Saint-Paul hors les murs. Cette année jubilaire a commencé le jour de Noël et s’est terminée le jour de l’Epiphanie 1501. Pendant le règne du Pape Jean VII, les portes saintes étaient ouvertes tous les 33 ans, reflétant le nombre d’années attribué à la durée de vie de Jésus Christ. Elle a ensuite été amendée à 50 ans en commémoration de la coutume hébraïque des Jubilés, puis changée pour un centenaire ou à tout moment selon la volonté du Souverain Pontife.

Entre 1500 et 1974, le portail d’entrée a été barricadé par un mur massif, et non par une porte réelle. Les papes eux-mêmes commencèrent la destruction rituelle de ces murs, suivie par des maçons qui achevèrent la tâche en la démolissant. Il s’agit d’un rite qui a presque toujours été le sujet principal de la longue série de médailles du Jubilé décernées par les nombreux papes qui ont ouvert et fermé la porte sainte au début et à la fin de chaque année jubilaire. Chacune des quatre basiliques a sa propre porte sainte.

Après la fermeture de l’Année Sainte le jour de Noël 1950, le Pape Pie XII a remplacé les portes en bois installées par le Pape Benoît XIV en 1748, qui avaient commencé à se délabrer, par les portes en bronze à 16 panneaux (modelées par Vico Consorti et coulées par Ferdinando Marinelli Artistic Foundry) qui se trouvent aujourd’hui.

Symbolisme

Dans Jean 10:9, Jésus est cité comme disant : « Je suis la porte. Celui qui entrera par moi sera sauvé. » En Luc 11:9 se trouve : « Et moi, je vous le dis, demandez et vous recevrez ; cherchez et vous trouverez ; frappez, et la porte vous sera ouverte » Apocalypse 3:20 dit, « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai dans sa maison et dînerai avec lui, et lui avec moi. » Dom Albert Hammenstede O.S.B. note que Porter est un des ordres mineurs. Herbert Thurston suggère que « le symbolisme de cette cérémonie pourrait aussi avoir été influencé par la vieille idée de chercher refuge »

Dans la bulle papale, Incarnationis mysterium du 29 novembre 1998, le Pape Jean-Paul II annonçait officiellement le Grand Jubilé de l’an 2000 en disant que la Porte Sainte  » évoque le passage du péché à la grâce « . La Porte Sainte représente « une expression rituelle de conversion ».

« Une Porte Sainte… est un symbole visuel de renouveau intérieur, qui commence par le désir volontaire de faire la paix avec Dieu, de se réconcilier avec ses voisins, de restaurer en soi tout ce qui a été endommagé dans le passé, et de remodeler son cœur par la conversion »

Après le Concile Vatican II

En 1975, le Pape Paul VI, à la lumière des changements modernisateurs du Concile Vatican II, a révisé le rite en supprimant l’usage de la truelle et des briques ornées lors du rite de clôture.

Pour des raisons de sécurité, le pape Jean-Paul II a encore simplifié la cérémonie du Grand Jubilé de l’an 2000 ; auparavant, des débris étaient tombés sur le pape Paul VI en frappant à la porte. Les ouvriers avaient enlevé le béton avant la cérémonie d’ouverture de la porte pour que le Pape n’ait plus qu’à pousser sur les portes avec ses mains. La porte sainte de la basilique Saint-Pierre a été ouverte par le Pape le 24 décembre 1999, tandis que les portes de Saint-Jean-de-Latran et de Sainte-Marie-Majeure ont été ouvertes respectivement les 25 décembre et 1er janvier. Rompant avec la tradition, le Pape a ouvert les deux personnellement, plutôt que de les déléguer à un cardinal. Les portes de la basilique Saint-Paul-hors-les-murs ont été ouvertes lors d’une cérémonie œcuménique le 18 janvier, premier jour de la Semaine mondiale de prière pour l’unité des chrétiens, par le Pape, l’archevêque de Cantorbéry et un représentant du Patriarche œcuménique. Peter’s a été fermée le 6 janvier 2001, les autres l’ont été un jour plus tôt.

Jusqu’au Grand Jubilé de l’an 2000, le Pape frappa trois fois à la porte avec un marteau d’argent, chantant le verset « Ouvre-moi les portes de la justice ». Au-dessus de la porte sainte de Saint-Pierre se trouvent des plaques commémoratives en marbre commémorant les deux dernières fois où la porte a été ouverte. Depuis que Jean-Paul II a tenu les deux derniers Jubilés, les deux plaques indiquent qu’il a ouvert et fermé la porte.

Année Sainte de la Miséricorde

En annonçant le Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, le Pape François a déclaré : « La Porte Sainte deviendra une Porte de Miséricorde par laquelle quiconque entre expérimentera l’amour de Dieu qui console, pardonne et inspire l’espérance Le 8 décembre 2015, le Pape François a ouvert la Porte Sainte de la Miséricorde dans la Basilique Saint-Pierre, marquant le début officiel de l’Année Jubilaire de la Miséricorde. Quelques jours plus tard, il présidait l’ouverture de la Porte Sainte à l’Archbasilique de Saint Jean de Latran. La Porte Sainte à St Paul « Outside-the-Walls » a été ouverte par l’Archiprêtre de cette Basilique, le Cardinal James Harvey. Le Pape François a ensuite ouvert la Porte Sainte à Sainte Marie Majeure et au centre Caritas près de la gare centrale de Rome.

François rompt avec la tradition en supprimant la nécessité de se rendre à Rome. En octobre 2015, le Pape François a accordé à un évêque ordinaire un privilège temporel par le biais de la bulle d’indication papale « Misericordiae Vultus » pour désigner sa propre porte sainte dans le cadre de l' »Année jubilaire de la miséricorde ». Des portes saintes devaient être désignées dans tous les diocèses du monde et pouvaient être situées dans la cathédrale diocésaine ou dans d’autres sanctuaires d’églises populaires. Le 29 novembre 2015, avant le début officiel du 8 décembre de l’année jubilaire de la Miséricorde, le Pape François a ouvert la Porte Sainte à la Cathédrale Notre-Dame de Bangui, en République Centrafricaine. Par la suite, des portes saintes ont été ouvertes dans 40 pays du monde, notamment dans la cathédrale de Westminster, l’abbaye de Prinknash, dans le Gloucestershire, et la basilique Saint-Paul de Toronto.

Autres Portes saintes canoniquement désignées par le Saint-Siège

Voici une liste des portes saintes désignées à perpétuité par le Saint-Siège.

  • Le pape Alexandre III a accordé ce privilège à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle en Galice, en Espagne, par décret pontifical par l’intermédiaire de sa bulle papale Regis Æterni, le 25 juillet 1178, fête de saint Jacques le Grand, patron principal des Espagnols.
  • Le Pape Benoît XVI a accordé le privilège d’ouvrir une porte sacrée au Sanctuaire de Saint Jean Vianney, Cure d’Ars, à Formans, France, en juillet 2007, à l’occasion du 150e anniversaire de la mort de Saint Jean Vianney.
  • Le Pape Benoît XVI a accordé une porte sainte à l’Université Pontificale de Santo Tomas à Manille, Philippines, le 21 décembre 2010, pour célébrer le 400e anniversaire de l’université le 28 avril 2011.
  • Le pape François a donné à la cathédrale Notre-Dame de la ville de Québec, au Canada, le privilège d’ouvrir une porte sainte le 8 décembre 2013 pour marquer son jubilé comme première paroisse catholique en Amérique du Nord, célébrant le 350e anniversaire de sa fondation le 11 juillet 1666.

Laisser votre commentaire

trois × deux =