Protection Universelle Maladie (PUMA)

Qu’est-ce que la Protection Universelle Maladie (PUMA) ?

Depuis le 1er janvier 2016, la France a mis en place un système universel de soins de santé, appelé la Protection Universelle Maladie (PUMA). Il ne s’agit pas de créer un nouveau droit mais de garantir les droits existants.

En effet, les soins de santé universels sont en place depuis 2000, mais le système n’a pas été unifié, ce qui oblige les ménages à modifier leur régime d’assurance en cas de changement majeur dans leur situation familiale ou professionnelle. Cela pourrait entraîner une perte temporaire de la couverture maladie.

La réforme visait donc davantage à assurer la continuité de la couverture santé. La Couverture Universelle Maladie (CMU), qui protégeait auparavant ceux qui n’étaient pas couverts par des régimes d’emploi et d’entreprise, a été abolie.

PUMA accorde désormais un droit automatique et continu aux soins de santé en France aux personnes résidant légalement dans le pays, sans qu’aucune formalité administrative ne soit nécessaire en cas de changement de situation.

Cela signifie, par exemple, que pour ceux qui détenaient leurs soins de santé par l’intermédiaire de la CMU, il n’est plus nécessaire de faire une demande de renouvellement chaque année.

La cotisation maladie payable pour l’affiliation à PUMA est simplement extraite de votre déclaration de revenus.

La CMU-Complémentaire, pour les personnes à faible revenu qui ne paient pas de frais, reste en place.

En ce qui concerne les expatriés, l’accès au système pour les préretraités est complexe, comme vous pouvez le lire sur le site de l’assurance maladie des préretraités en France.

Les expatriés retraités de l’EEE qui sont couverts par l’assurance maladie par l’intermédiaire de leur S1 ne font pas partie de PUMA, car ils sont couverts directement par leur pays d’origine, l’administration de leur couverture étant assurée par les autorités sanitaires locales (CPAM). Ils ne versent aucune cotisation à la PUMA.

Il en va de même pour les bénéficiaires de prestations d’invalidité de longue durée de leur pays d’origine et pour les travailleurs frontaliers, s’ils détiennent un certificat S1.

Membres de la famille

Dans le cadre des changements de la PUMA, il y a eu un changement dans la base sur laquelle les individus sont enregistrés dans le système de santé.

Jusqu’à présent, les conjoints et les autres membres de la famille étaient rattachés au régime d’assurance de leur partenaire en tant que « personne à charge » afin d’obtenir leur couverture maladie.

Ce système d' »ayant droits » a été aboli par PUMA, de sorte que toutes les personnes éligibles bénéficient d’un droit individuel à la santé, qu’elles conserveront toute leur vie.

Cela améliore considérablement le statut et les droits des conjoints/conjoints civils économiquement inactifs.

Néanmoins, ce changement signifie que le conjoint économiquement inactif d’un chef d’entreprise ou d’un salarié en France doit désormais faire sa propre demande de soins de santé, plutôt que d’être à la charge de son partenaire.

Les membres de la famille à charge des titulaires d’un certificat d’exemption S1 n’ont pas perdu leurs droits de rattachement S1 et ne les perdront pas non plus à l’avenir. En effet, la nouvelle loi exclut expressément de PUMA les bénéficiaires d’une pension étrangère qui obtiennent leur couverture d’assurance maladie dans leur propre pays d’origine.

Dans le cas des personnes à charge existantes non couvertes par une S1, la loi prévoit qu’il n’y aura pas de modification de leur régime, dont le statut actuel est protégé jusqu’en 2020, date à laquelle elles seront couvertes à part entière.

Les membres adultes de la famille à charge peuvent, s’ils le souhaitent, s’inscrire avant cette date, mais il n’y a aucune obligation de le faire.

Laisser votre commentaire